Un peu de technique

1. Présentation

Voici l'intérieur d'un lecteur DVD-DIVX, en l'occurence un Technika T1000-D

A centre de l'appareil, se trouve le mécanisme de lecture laser. A gauche de celui-ci, on peut voir la carte d'alimentation électrique, tandis de la carte électronique verte située à droite est la carte principale. Entre les deux, en haut, se trouve une carte additionnelle supportant divers connecteurs optionnels.

On peut constater que l'électronique peut fortement varier d'un modèle à un autre. Voici par exemple l'intérieur d'un Atacom DV697.

Dans celui-ci, la carte électronique principale est de taille plus réduite car tous les connecteurs ont été reportés sur la carte additionnelle. Malgré tout, le nombre de variantes de l'électronique interne des lecteurs basés sur le chip MT1389 est très limitée. Chaque usine de production (basée en chine) dispose d'un modèle de carte et celle-ci est ensuite implantée dans tous les lecteurs produits par cette usine, quelle que soit la marque apposée sur le boitier de l'appareil.

La carte principale est celle qui contient les circuits les plus intéressants. La moitié supérieure contient toute la partie analogique, tandis que la partie numérique est regroupée dans la partie inférieure de la carte.

Puce MT1389

Coeur du système. La puce est gravée en 0,18 micron.

Cette puce fort complexe contient les éléments suivants:
- Microcontroleur 8 bits 8032 turbo à 27 Mhz (jeu d'instructions MCS52 étendu)
- Microprocesseur RISC ARM7-TDMI (à 100 MHz ?) (jeu d'instructions Thumb)
- Processeur de signal numérique (DSP) (?)
- Décodeur MPEG2/MPEG4 hardware
- Desentrelaceur pour sortie en vidéo progressive
- Logique de commande de la mécanique de lecture laser
- 6 DAC vidéo 12 bits à 108 MHz
- Sorties vidéo RGB, YUV, composite, S-Vidéo et DVI
- DACs audio 24 bits à 192 KHz
- Sorties son stéréo, multicanal 5.1 et numérique
- Entrée micro pour karaoké
- Interfaces avec le clavier, la télécommande et les mémoires externes
- Système anticopie Macrovision.
- Système de gestion des droits numériques sur les fichiers DIVX.
- Interface avec la mémoire Flash et la SD-RAM
- Interface I²C avec la mémoire EEPROM

Mémoire Flash

Contient tout le logiciel interne du lecteur, le "firmware" comme on dit. Cette mémoire étant de type Flash, elle peut être mise à jour. La procédure de mise à jour est effectuée par le firmware lui-même, ce qui fait que si celle-ci échoue, il n'est plus possible de procéder à une mise à jour ultérieure.

Selon toute vraisemblance, le contenu de la mémoire Flash est recopié en RAM au démarrage. Cela est fait pour des raisons de performances, en effet le temps d'accès de la mémoire RAM est environ 10 fois inférieur au temps d'accès de la mémoire Flash.

Mémoire SDRAM

Outre une copie du firmware, elle contient le flux audio-vidéo à décoder, les images à afficher et le buffer sonore.

Un modèle que l'on trouve dans certains lecteurs est de marque Samsung, la référence étant K4S641632S. Il s'agit d'une mémoire de type SDRAM (RAM dynamique synchrone) d'une capacité de 64Mbits (8 Mo) organisée en 4 bancs de 1M x 16 bits. Ceci est largement assez pour tout ce qu'il y a à y stocker. Il est probable que chaque banc mémoire ait un usage bien spécifique : firmware, flux MPEG, vidéo, audio.

Mémoire EEPROM

Cette petite mémoire de 256 octets contient les paramètres utilisateurs, c'est à dire tout ce qui est accessible par le menu setup ainsi que le code zone.

2. Améliorations

Le désir d'accéder au hardware pour le modifier ou l'améliorer est une pratique intéressante mais qui est réservée à des amateurs expérimentés, la pratique du fer à souder et une bonne connaissance de l'électronique étant recommandée. La modification de la partie soft, même si elle ne necessite aucune connaissance du soudage est néanmoins réservée à des spécialites de la programmation.

La plupart de ces manipulations entraineront une annulation pure et simple de la garantie

Téléchargement du firmware

Un connecteur à 4 points est présent sur la carte électronique. Il s'agit d'un port série permettant l'accès direct à la puce MT1389 et qui premettrait vraisemblement la programmation de la mémoire Flash. C'est d'ailleurs la façon la plus simple pour programmer cette dernière en usine. Lorsqu'un lecteur vient d'être fabriqué, la mémoire Flash est vide, il ne peut donc pas démarrer pour se flasher par le biais d'un CD, comme c'est le cas pour une mise à jour. Le firmware est donc transféré la première fois par l'intermédiaire de ce connecteur. Une platine dont la mise à jour par CD a échoué pourrait donc être remise en état en flashant le firmware de cette façon. Actuellement, des développeurs travaillent dans cette voie.

Modification du firmware

Faute de disposer des outils développés par Coretek pour écrire le firmware (Lambda tools et Delta OS), les possibilités d'intervention se limitent au changement des images de fond affichées par le lecteur. Ces images sont enregistrées au sein du firmware sous la forme de fichiers MPEG d'une image. Des utilitaires sont disponibles sur internet pour remplacer ces images par des fabrications maison. Nous en reparlerons bientôt dans une rubrique complète consacrée à ce sujet.

Par ailleurs, il n'est pas exclu que des spécialistes, familiarisés avec l'assembleur 8032 et avec l'assembleur ARM soient à même d'effectuer des modifications plus profondes du firmware:
- Lecture des MP3 en mode aléatoire, y compris entre dossiers distincts.
- Support du format audio ogg-vorbis
- Support des sous-titres
- Numérotation des fichiers d'un dossier sans tenir compte du dossier '..' qui entraine un décalage absurde.
- Affichage des noms de fichiers avec des caractères plus petits pour en afficher plus à l'écran.
- Support des caractères accentués dans les noms de fichiers.
- Affichage du nom du fichier en cours sur l'afficheur en facade.
- Création d'effets visuels accompagnant la lecture des fichiers audio.

Création de CD de jeux

Pouquoi pas? Si l'on peut télécharger un firmware. Il y a peut être aussi la possibilité de télécharger le contenu du CD dans la RAM et de lancer ensuite l'exécution de celui-ci. Il ne resterait alors plus qu'a résoudre le problème des manettes de jeu (peut-être déjà prévues dans le chip). Les lecteurs DVD équipés de puces NUON disposent de cette possibilité.

 Votez pour ce site